Littérature contemporaine

Ma pile à lire 2019

Marc Bordier par Marc Bordier /

Ca y est, 2019 est déjà là ! Je vous souhaite une excellente année, en espérant qu’elle sera remplie de succès, de joies et de bonnes lectures ! Moi, j’ai décidé de renouer avec une excellente habitude : constituer ma pile à lire de la nouvelle année. En effet, j’ai remarqué que pour stimuler son appétit de lecture, rien ne vaut une belle liste de bouquins, et tant pis si j’en abandonne la moitié en cours de route pour faire place à des sollicitations imprévues – il y a tellement de tentations ! Voici donc ma pile à lire 2019 par catégorie :

.
  • Beaux-livres et voyages :
    • L’âme juive, d’Eliette Abécassis, une de mes auteurs littéraires favorites; dans ce livre de photographies signées Olivier Morel, elle nous fait toucher du doigt l’essence et l’émotion de la judéité ;
    • Prague et Franz Kafka à Prague, deux beaux livres consacrés à Prague, la ville magique où j’ai la chance de séjourner très souvent ;
    • Cafés d’artistes à Paris et London Great Pubs, parce que j’adore traîner dans les cafés à Paris et les pubs à Londres, et que j’ai bien l’intention de poursuivre ces activités hautement utiles en 2019 ;
    • Rome en VO, un recueil de textes littéraires dans lesquels des auteurs romains racontent leur ville dans la langue de Dante, parce qu’avec Prague, Paris, Londres, Montréal et New York, Rome figure au panthéon de mes villes préférées ;
    • Bookshops, parce qu’après avoir bien traîné dans un café ou un pub dans mes villes préférées, j’ai le vice de prolonger en flânant dans des librairies ; ça tombe bien, dans ce livre, l’écrivain et critique littéraire espagnol Jorge Carrion emmène ses lecteurs découvrir les plus belles librairies à travers le monde.

  • Economie, gestion et développement :
      • Entrepreneurship, Stratégie pour la Création d’entreprise, Finance d’Entreprise, Exploring Strategy, Marketing Management, parce que 2019 sera pour moi placée sous le signe de la création ou de la reprise d’entreprise, et je me rends compte que j’ai encore vraiment tout à apprendre…
      • The UCAS Guide to getting into University and College, Oxbridge Entrance – the real rules, parce que tout en créant ou reprenant une entreprise, je vais accompagner mon fils dans ses efforts pour entrer à l’université.

  • Histoire et Essais :
    • Histoire de la France, un gros pavé par Georges Duby, qui est un peu la référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de notre pays ;
    • La Raison dans l’histoire (Hegel), La Fin de l’Histoire et le dernier homme (Fukuyama), et Une brève histoire de l’humanité (Fukuyama), trois textes de référence pour comprendre l’Histoire et réfléchir à son sens (mais en a-t-elle un ?);
    • The Attention merchants (Tim Wu) et Move fast and break things (Jonathan Taplin), deux ouvrages très critiques sur le rôle néfaste joué par les grandes firmes marchandes qui dominent notre époque ;
    • Les Mémoires de De Gaulle et La République, ses valeurs, son école, un recueil des textes fondateurs de la République, pour retrouver un sens moral au milieu des vagues déchaînées de l’Histoire et de la mondialisation marchande.

    • Classiques littéraires : Les Essais (Montaigne, parce que je l’ai encore jamais lu en entier), Les Rougon-Macquart (Zola, parce que j’ai recommencé à le lire en 2018, et qu’aucun auteur classique n’est aussi puissant ni prenant), Le Procès et Le Château (Kafka, parce qu’il est tchèque et que je le connais encore très mal), La Gloire et l’Empire (D’Ormesson, un de mes auteurs contemporains favoris, dont j’ai beaucoup regretté la disparition).

  • Littérature contemporaine française : Salina (Laurent Gaudé), L’ère des suspects (Gilles Martin-Chauffier), La révolte (Clara Dupont-Monod), parce qu’ils font partie de mes auteurs contemporains favoris, Les cigognes sont immortelles (Alain Mabanckou), A l’ombre des arbres de Montagnola (Romain Azram), Folie douce (Hélène Chambron) et Sacha et Jeanne (Raymond Pérez), trois auteurs méconnus mais avec qui méritent certainement d’être découverts, et enfin Le Discours (Fabrice Caro) parce qu’il paraît que c’est un roman très drôle.

  • Littérature étrangère : L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante (est-il encore besoin de la présenter ?), Une colonne de feu (Ken Follett, un auteur qui sait captiver ses lecteurs comme nul autre), 4321 (Paul Auster), The Futures (Anna Pitoniak, une chronique de la crise financière de 2008 à New York), L’île aux papillons (une saga familiale par Corinna Baumann, auteur allemande à succès) et The Song of Achilles (Madeline Miller, une version moderne et “dangereusement sexy” de l’Iliade, c’est du moins ce que promet la citation qui figure sur sa couverture…).

 

Voilà, ça fait une quarantaine de livres dans ma pile à lire 2019. Je publierai régulièrement sur ce blog mes avis de lecture, alors continuez à le suivre ! Encore une fois, je vous souhaite une très bonne année 2019 !

.

Marc